Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 17:01

 

D’une savonnette, à nos bobinettes !
Moussa..
.

 

A ce parfumer d’exquises, à ces mousses
Tu glisses à l’écume d’une housse 
sous de mousses, à ce bain.

 

Que dans nos fourberies !
Doucine à tes caprices, aux vols de ces bulles de fraicheurs 
seraient a nous emberlificoter de mousses, barboteuses !

 

Ô ! mais a que d’incrédulités, a se cribler de mousses 
À nos frimousses
dans ces effluves de contes, de mille et une nuits.

 

A l'embaumer de creux a son lit...
Est a s’adoucissants, de sa tendre cataracte
d'une oasis... douce, a une venus d'aphrodite.

 

A ce cri, au son du lys 
Ulysse soupira, à ces délices 
au pluse... d'aline, au pays des merveilles.

 

brises, au large !
délestée, à sûr tant de ravages 
Aura de mouillages, en ces tourbillonnaires.

 

Dès lors, de cette tempête,
Ô ou il surgira de mousses... 
À l’extase de ses secousses.


d'ilustre, tendrait ainsi... à m’embrouiller
D’écumes 
À mes vocabulaires, d’écritures.

 

Respectez les droits d'auteur. blague. MJG- jolie. memzelle.
Copyright! Date insertion. Le 21 aout 2011. Sur over-blog

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 12:39

Le cresson !

 

 

Au coucher de lit à se ruisseau, fervente demoiselle

pour une herbacée,  à d’élégances

ou il  te serais draper, d’un Ô tapis.

de mousse cressonnière ...

vers se proliférer d’une saison, ultra rapide.

 

 

c’est d’une ritournelle, et à l’éclat d’un torrentiel.

Ô bercer de délices, à ton sillage...

A te serait porter, d’auras.

Placé sous de hautes ramures, pour de finesses accroissant

à tes  longues jambes, si fortes, à ces crépues…

et qu'hautement dotées, de médaillons… aux quintiles de tes feuilles

soit dans ce Ô relever de bouquet, en  ses côtés sucré-poivré.

Sera, à s’Illustrer du bonheur !

 

 

Ô, mais !

C’est qu’elle dégage, la jolie memzelle

À sa maturité, à se verra farguer...

À tant, d’espérances.

ou beauté, serait de t’allouer ...

À de douces fleurètes, blanches

pour un cœur tendre au doucine et dans, une extrême saveurs…

que je te croquerais crus, Ô sans même te déshabiller !

 

 

 

Respectez les droits d'auteur. Le cressonMJG- jolie.menzelle.

Copyright! Date insertion. Le 20 aout 2011. Sur over-blog.

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 15:42

Le diamant !

 

Douce de lumières

A ce naissant des dieux

D’une pierre, à ces prières

du grand royaume, des cieux.

 

Au japoniser d’ambre

À tes rayons...

douce rivière ou coule

À l’éternel d’une pureté, au temps...

Friserait de congrégation

À la virginité, d'une pyramidale.

 

Douceur, à la nitescence

du paradis, dans ce ô positive

A sur de plénitude !

A te porter de Ô à ce joli cou

en soit a l’élue de ce doigt

d'une princesse

ou a nos aimées.

 

Cristal, de roches

À l’eau, des bénédictions

D’une pierre de lune

À la divination, de tes secrets

D’amour !

et c'est a la vie, conservatrice

Ou tu brilles et brillera, à te l’éternisée !

 

Respectez les droits d'auteur. au diamant. MJG- jolie. memzelle.

Copyright! Date insertion. Le 31.aout. 2017. sur over-blog.

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 15:26

L’Or !

 

A tes strions, de soleil

Tu éblouis à mes yeux, sur de résolutions

À ton ésotérisme, de la pierre philosophale

 

À ce fluide, épais pour de miel

Tu es à l’abeille

À ces virtuoses, de minerais.

 

Aux pharaoniques

tu es a costumer, les dieux

A ce Versailles, sous de lumières

Tu exsudes, à des résurgences

Pour dé guipures, à de moulures

vers s’emboisée des portes, à l’or

Qu’à, s’odorer

À de magnificences, blasons

A ce Ô couronner de Ô les reines, aux rois.

 

A ces, lingots !

Tu seras caché, des claustres

Amasser et entasser, d’alvéoles

A des iles pyramidales, aux trésors

 

De chine !

Tu es a ce bouda, géant

Ô recouvert, d’un doux mentaux

A cet irradié de Ô, aux dieux.

 

A cette fièvre, de l’or !

D’illustres

Ils seront aux pionniers, de ta conquête

A sûr de rêves riches, en or

Paradis pour certain, à ces robinets d’or

Prison à d’autres et à ce Ô collier de nœuds.

 

A ces napoléons, dors !

Tu seras, toujours de futur

À nos monnaies, de singes...

Ô-Vainqueurs

A sûr de beaux trésors, de guerres.

 

Respectez les droits d'auteur. A l'or. MJG- jolie. memzelle.

Copyright! Date insertion. Le 30 aout. 2011. sur over-blog.

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 19:56

 

Fruits noirs (2)!

 

 

Fruits d’une récréation, à s’effleurons

Des douces créations.

Ô prisés à de passions s’embrunissant…

A un collier de fruits noirs, folklorique

À ta saison.

 

D’anthologie… à un doux panel de charmes

Éblouissants, aux vénus de ton oasis

Et en ces délices, sur de soleils offerts…

À une lune de miel aux sucres.

Fleurissants de trésors, à ta moisson.

 

Tel, à ce temple des voluptés…

Vers une douce ballade, frissonnante en ces décors

Ornés, à de tapis de fruits rouges…

Seront de s’endiguer, à des suaves saveurs

Fondantes, et sur de raisons.

 

Pour des sirops, sanguinolents.

Si doux, à se naissant de ma bouche…

D’une fontaine d’amour.

Qu’au fulgurante, noiera de ma gorge…

Aux substantiels nectars.

 

A s’immuniseront d’une danse, des rondes

Aux couleurs fruitées …d’une boisson enivrante.

Frison… de fruits à mes suçons.

Ô succulentes… à un soupçon de moût

Corail.

 

Marqué à d’encre noire…

Et dans ce qu’il me sera, à te lécher

D’une passion dégoulinante...

À ces ruisselants des désirs, de ton corps

A de plaisirs…mondains.

 

 

Respectez les droits d'auteur. Les fruits noirs. MJG- jolie. memzelle.

Copyright! Date insertion. Le 28 juillet  2012. Sur over-blog.

 

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 07:21

Le vieux métier, à tisser !

 

 

Aux incrédulités

De ce vieux moulin, hydraulique.

Ou s’enchaine des chaines, à ces chaînant d’aiguilles

A sur d’aiguillages, aux travailleuses.

À ce liant des soies, au lin…

Ô vigoureusement, à l’immaculé du coton.

 

Finesses en soient, aux ratissages

De sorte, à compiler les embobinages…

Vers de fabuleux, filandreux.

Que d’une force imperturbable, à d’inflexibles essors

Le soient, à ces très larges d’éventails.

 

Ou fil… cour, à ces cousus de chiffons

Aux distinctifs, à des kilomètres de fouisses.

Et pas de badinages à ces entrailles, du vieux métier

Ceci, sans pinailler…et afin, de ne pas filer

À de mauvais coton.

Au coucouner, ou il s’avéra, d’avaler

A ces pailles… Ô, et sans faille

Au travers de ces peignes, tisserâmes.

 

Et au final, qu’en sortiront

À de raidillons de mailles pour de malles…

Aux mails, dans ces commandes.

Ô sublimant en soit, à ces tourbillons de couleurs

Hauts, à d’arc en ciel.

Pour de millions d’emberlificotes.

Que seront ainsi, à s’enrouler… des bobines

Des fils cotonniers…pour des milles soies

A sur de laines, chaudes.

 

Au point, à ce tissé des liens

D’une t’oiselle, dorée…

Ô à des douceurs, des pelotages.

A l’heure ou cotes se mailles, et s’entre-mailles…

À se déchirerons… vers ce chiffonner.

À s’affolerons des bobinettes, dans ces navettes

Aux gouvernes.

 

Oh ! Ou fils, s’effrois...s’émois, tremblent

Vers s’agiter de feelings, aux chats des aiguilles.

Et qu’à, en perdre la raison…

Dans ces tissés, à de hautes précisions

A seront prêtes de défilées, aux débobineuses.

 

Qu’ainsi, à sûr de hauts délires, d’ivresses…

À ces mirifiques, aux chansonnettes.

Ou couleraient de danses, à décadences… inépuisables

A de plaisances...aux aboutissants de flux…

Sur des motifs, hautement tissés.

En soit à l’hétérogène, du bon vieux métier…d’antan.

 

 

Respectez les droits d'auteur. Le vieux métier. MJG- jolie.menzelle.

Copyright! Date insertion. Le 18 aout 2011. Sur over-blog.

 

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 14:49

 

Nuit, d’opale !

 

 

 

D’une dopamine...

À ton opaline, de mes souveraines.

En soient, à l’exécutif de dur labeur.

De m’assouvir, à une vaine…

Aurifère.

 

 

 

Ô teintes, des nuancées phosphoriques

A d’effervescences, aux rutilantes de ces pistachées…

Hyliques à une nuée, de coloris…

Que d’une philosophie sera, de me scintiller le cœur

Sur de profondeurs, au fantasmagorique

De ton centre, d’étoiles.

 

 

 

De l’heure… à tes découvertes.

Ô compilé, à de complicités aux charmes…

Admiratifs, du sombre souterrain.

Celées…à sur des béatitudes, aux rêves

Pour d’intenses secrets…

Vers une douceur de nuit, à de folie…

Sous de pression, à ta passion.

 

 

 

Qu’au rehausser, de ces laurés

M’émerisent …

À l’ineptie, de toutes ces poussières avalées.

Ô soudaine et dès, ton apparition

À  saurait m’accoter, d’une douce récompense…

À sur une pliée, d’étoiles.

Ô feuilleter, dans ces largesses

Pour une nuitée, magique

A sûr ton ciel, poignant.

 

 

 

Au savouré

D’une constellé, à cette nébulosité…

M’Illumine des rocheuses… aux vaines

Des labyrinthes, à une caverne d’Ali baba...

Ô théâtral… c’est d’une cathédrale, à tes félicités.

Qu’en seront, de me combler d’amours, à ces vitraux

Dans ces Ô, d’indécences, vers m’enjoliver de joyaux…

A tes virtuosités, d’opalescences.

 

 

 

Respectez les droits d'auteur. L’opale. MJG- jolie.menzelle.

Copyright! Date insertion. Le 29 aout 2011. Sur over-blog.

 

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 09:27

La poire !

 

 

Et c’est à un jus de poire

Qu’est de se minorer la poire

Sur des pours, à ces déboires

De comptoir.

 

À ce vieux, tabler de poires…

Dit, qu’il serait à se griser d’une pommade

Suite à des lavements

Soit aux terribles effets, d’une sentence à sa poire.

 

De son compagnon, à la suite d’une opération

Dit, c’est à ces miroirs

Au découvrîmes enfin, de ma nouvelle poire

Seront s’enfreindre, d’une effusion de grimes des regards.

 

Vers ce noyer du chagrin, à leurs déboires

D’une dolée à la dosette de ces suaves, du fine nectar.

Qu’ait à se rincer d’une poire… aux tristes poires

Qu’il s’en lirait alors, d’une poésie.

 

Mais à quoi faire de toi, ma jolie poire

Tu es si belle, il m’en serait de te revivre

Au temps de nos splendeurs, ô miracles de ma belle Hélène

Ou vous mettiez combler alors, à de hautes satisfactions.

 

À vos rondeurs madame, douceurs… à vos courbes

Sauraient à vous tenir d’une belle queue

Oh ! À si merveilleusement branchés… de ces ferrements

Ou il m’en était alors, de vous succuler à de bons jus.

 

Oh ! Et j’ai bonne poire à présent

Que de toujours vouloir rendre services aux femmes

Mais au final ou je suis  passé, évidemment

Pour cette poire.

 

Aux conclusions de nos fêtards pour de guignols

Sur d’amignotés à leurs fines poires.

Seront à se fendre la poire…

Aux hilares de ces feignes, entre potes du bistro.

 

 

Respectez les droits d'auteur. La poire. MJG- jolie. memzelle !

Copyright ! Date insertion. 07 septembre 2011. Sur over-blog !

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 10:15

Riz !

 

Ris, à ce petit grain de riz.

Oh ! Riz a l’espoir de nourrir

À toutes ces bouches affamées.

Riz à ces petits grains de riz

Tu pourvoiras à ce fermoir…

De faire bouillir l’eau, à la marmite !

 

Riz pour ce taureau olé, camarguais

Quitte à te narguer, du taureau aillé d’Espagne

Au suprême… d’une paella méditerranéenne

Ris aux vaches qui rient de Camargue

Pour de plaines verdoyantes.

Dans ces herbes de riz bien grasses.

 

Et à ton nombre

Dépasses-tu de loin…

Aux quantités de sables gisants

Des sols, à notre terre…

Ô filtre l’utile, à sûr de valeurs nutritives.

 

Au flamboyer de ta douce rizière…

Vie à un océan de riz, aux sables des déserts.

Riz à ces rigoles, au tempérament d’indochinois

A sauront des suffisances sacrets, aux moines…

Pour de Ô mérités, à son bol de riz !

 

Ris à ce rio de fleuves, coulant de larmes aux

Sables du désert pour de rêves

À ces mers asséchées…

Du grand sahel, des famines.

Oh ! Battu à des vents

Et à d’opacifiâtes, de toutes désolations.

Plus riz, plus de rires !

 

Soit à l’ambre de ton ri

À d’ingrédient de ces miséricordieux.

Qu’au pluriel d’un miracle, à ton corsica.

Blottit de cette enveloppe, à ce cocon d’amour

A ce recouvrîmes des bontés, Ô à ta Paille de riz

Rijaunant, d’une tendre pelliculaire d’espoir

Le soit… pour notre terre, au sans faim.

 

 

Respectez les droits d'auteur. Le rizMJG- jolie.memzelle.

Copyright ! Date d’insertion. Le 08 septembre 2011. sur over-blog.

 

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 09:23

Les bolets !

 

Au sous ces grands chapiteaux ou s’animent… à de jolis chapeaux, rococo.

Que vers ce dressé du coco, au tout sifflotant…

A sur de beau couplet, que d’une chanson.

Du boléro mexicain… hein… anguis, anguis…. !

 

Mais à ces hauts vêtus, d’un Ponchos.

Au sous de paréos que pour de têtes fortes, Ô biens rigolos.

Hauts jouissant à des douces quiétudes des sous-bois, au beau coteau.

Vers ces frissonnants d’écoutes, aux charmes de tes fredonnées.

 

Ici, au-dessous de ces feuilles mortes de l’automne

Et qui s’envoleront aux souffles de tes fourgues, à de doux papillonnages.

Que sur de bises, Ô tremblantes pour de tourbillons au cœur, de la douce canopée.

Mais à vous êtres, au bien trop près de nos sentiers battus !

 

Qu’est de vous exposez à dangers, de toutes sortes.

Ainsi, à sous les Ô sabots de nos chevaux !

Et tiens donc, alors qu’un poivrot se voit couché ici, à ces chéneaux.

Que d’une bouteille de pineaux entre sa main ou il vous teint, à ce langage.

 

Ohé ! Ohé, jolie mem’zelle !

Si votre ramage est égal à votre plumage, vous- êtes…Hum...

Reine, à la beauté des hautes… des phéni...ches… à... ces sous-bois…

Ainsi que de pousser, à cette chansonnette.

 

Est de lui dire ! Que de boire à un petit coup, c’est agréable…

À boire un p’tit coup… c’est bon ! Hé ...Boom !

Vers s’en être à ramasser, la tête… dans ces touffus !

Ouais ! Qu’ici, à sûr les bouses des taureaux, à nos chevaux

 

Et en l’espace d’un roupillon, vers un bon gros bisou… à ce crapaud.

Que pour de limasses, à ces parages !

Hein… et qu’en serait à se le versifier de Ô, à sur un doux ronron…dans ce Z. zzz !

D’un interlude ou d’autres, blaireaux… à ces intrépides chauffards du dimanche…

 

Seront à se faire courser des gendarmes, et dès ce p’tit matin.

Que pour de dérapages à nos bolets ou elles s’affolent et voltigent

Et finissent tous en bout de nez de ces capots, à leurs autos.

Boiteux et à ce trop-plein de bobos... eh- ben !

 

pimpon-pimpon, à sûr de soubresauts au cœur.

Voilà, que les pompiers les embarquèrent à l’osto…chuuttt, mais du resto.

Que pour un doux bolet d’olé, olé… au fastueux d’une soupe, soit à ce gouts…

Au faramineux de cette veloutée, que pour de doux champignons…

Ô triés sur de volées… à nos bolets rescapés !

 

Respectez les droits d'auteur. Les bolets. MJG- jolie.memzelle.

Copyright ! Date d’insertion. Le 23 aout 2011. sur over-blog

 

 

Repost 0
Published by Zolie.memzelle - dans conso
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mon.ile.au.coeur.des.poemes.over-blog.com
  • Le blog de mon.ile.au.coeur.des.poemes.over-blog.com
  • : Aux travers de mes poèmes comme de mes récits de voyages- pour des messages d'amours, Ô d'espoirs !
  • Contact

Recherche